VALORISATION du PATRIMOINE Saint-Piat – Mévoisins

Mairie de Saint-Piat  Place Marcel Binet   28130 Saint-Piat

WWW.patrimoine-histoire-saint-piat.fr

Contact patrimoinestpiat@free.fr

 

Saint-Piat et l’Eure

La rivière est une des premières voies de communication, jusqu'à la fin du XVème  siècle, l’Eure fut navigable. Des bagarres éclatèrent à plusieurs reprises entre les hommes, les moulins, les procédures, les projets  d'après les Archives et des bailliages, on a  Michel de Crouy, seigneur de Saint-Piat pour des droits de péage, des lettres de Charles VII octroyant aux habitants de Chartres la permission de faire creuser la rivière d'Eure depuis Chartres jusqu'à Nogent-le-Roi, pour qu'elle puisse porter bateaux, conflit avec Pierre de Brézé, des frais de procédures, des pots-de-vin aux gens du Roi chargés de l'enquête relative au rétablissement de la navigation...

En 1494, deux bateaux, tirés chacun par 2 chevaux, partaient toutes les deux semaines du port de Chartres, tout près de l’église Saint-André vers Paris ou la Normandie, chargés de vins et de blé de farine en descendant, des tonneaux de sel et des barils de harengs et diverses marchandises en remontant. Chaque bateau avalant payait 6 sous de taxe et chaque bateau remontant 5 sous seulement.

Ainsi, après 40 années d’effort, les échevins de Chartres avaient réussi à établir un service régulier sur l’Eure.

 

Saint-Piat était donc sur le parcours.

Des chemins de randonnée en bord de l’Eure empruntent en partie les chemins de halage du moyen âge.

La batellerie cessa à la fin XVème siècle, en raison notamment des querelles sur redevances à payer pour passer les moulins.

 

En 1443, les édiles chartrains ont obtenus du Roi Charles VII l’autorisation de creuser et approfondir la rivière de manière qu’elle puisse porter des bateaux de marchandises.

Ils engagèrent des sommes importantes pour aménager la rivière. Les premiers travaux furent promptement exécutés si bien qu’au bout de 3 ans, les bateaux purent descendre l’Eure à partir de Nogent-le-Roi.

 

Par contre, l’exploitation de la partie située entre cette ville et Chartres se heurta à vive résistance de la part des seigneurs riverains. Ils exigeaient un droit sur les marchandises et des indemnités pour  les différentes servitudes. Le passage des écluses et des vannages des moulins qui étaient obligés de s’arrêter à chaque passage des bateaux  de halage.

 

 

Faute d’obtenir satisfaction, ces seigneurs entravaient la navigation, confisquaient les marchandises. Des bagarres éclatèrent à plusieurs reprises entre les hommes du sire de Brézé ou du chevalier Jean de Morhier et les bateliers ou les ouvriers chargés de l’entretien.

 

Le trafic était sans cesse interrompu. Les marchands perdaient confiance et les taxes ne rentraient pas. Faute d’argent, les chartrains cessèrent d’entretenir la rivière et les bateliers n’acceptèrent plus de naviguer dans ces conditions. En 1504, on dut constater que l’Eure avait cessé d’être navigable. En 1538, les échevins purent réunir les fonds suffisants pour les travaux de rénovation et l’entreprise fut bien conduite. En 1539, le vicaire général vint bénir le grand bateau que la ville avait fait construire.

Malheureusement, les contestations reprirent. Les guerres de religion amenèrent l’insécurité. Si bien que navigation entre Chartres et Nogent-le-Roi cessa pour toujours.

 

 

Les échevins ressortaient le dossier de temps en temps. En 1704, on crut que l’Eure deviendrait enfin durablement navigable. En effet, Louis XIV avait accordé à la Marquise de Maintenon l’autorisation de canaliser l’Eure de Chartres à Pont-de-l’Arche. Les travaux commencèrent en 1705 et la première pierre du nouveau port de Chartres fut même posée. Mais l’entreprise eut le sort des précédentes.

A la Révolution, on envisagea le creusement d’un canal réunissant l’Eure et le Loir. Cette idée n’eut pas de suite.

 

 

 

Source : Histoire de Chartres E. de Lépinois

Trait d'Union Saint-Piat et ses Hameaux N°32 en 1984

 

 

Archives bailliages 1452-1472      — contre Michel de Crouy, seigneur de Saint-Piat, exigeant indûment des droits de péage sur les bateaux passant par ses terres (1 sceau de Michel de Crouy; 1 de Colin Chamaut, sergent à Chartres ) ;

Archives bailliages1442-1463 —Lettres de Charles VII
portant permission de faire un chemin de hallage

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le chemin de halage

En dehors de la marée et du vent, l'un des moyens de mouvoir les bateaux était le halage. On attachait une corde au bateau, et, depuis le rivage, des hommes ou plus souvent des chevaux tiraient les embarcations.

Les berges étaient souvent occupées par les riverains, des arbres, des ruisseaux, et par les vannages de moulins qui compliquaient l'avancé.

 

 

La réglementation pour les chemins de halage

Vers 1520, François Ier avait entrepris de réglementer les chemins de halage,  ce fut Colbert qui par l'ordonnance de 1669 établit la base de la législation.

L'un des points principaux de l'article est:

« ... Les propriétaires des héritages aboutissants aux rivières navigables, laisseront le long des bords vingt-quatre pieds au moins de place en largeur pour chemin royal et trait de chevaux, sans qu'ils puissent, planter arbres, ni tenir clôtures, ou haies plus près que de trente pieds du côté que les bateaux se tirent, et dix pieds de l'autre bord, à peine de cinq cent livres d'amende, confiscation des arbres,- et d'être les contrevenants contraints de réparer et remettre les chemins en état à leurs frais...»

 

L'arrêté du 13 nivose de l'an 5 (1796, Permière République) et le décret du 22 janvier 1808 (Napoléon 1er), ne font que reprendre en les précisant les termes de cette ordonnance. Les 30 pieds sont traduits en 9,75 mètres et les 10 pieds en 3,25 mètres. (Il s'agit de pieds français de 0,325m environ).

Les chemins de halage sont une servitude donnant droit de passage pour le halage, pour les pêcheurs et autres navigateurs. La propriété des bois coupés reste aux propriétaires.

Page suivante  Saint-Piat et ses Lavoirs

Pour l'Association

VALORISATION DU PATRIMOINE et de L’HISTOIRE De Saint-Piat et de ses Hameaux 2010

Mairie de Saint-Piat  Place Marcel Binet   28130 Saint-Piat   Contact patrimoinestpiat@free.fr

 

Mentions légales