Grogneul, hameau de Saint-Piat

Le hameau de Grogneul est  connu par son ancien château avec ses Seigneurs. L’origine de ce village apparaît dés 1268 et son nom est difficile à déterminer. Il a été un lieu de résidence seigneuriale.

VALORISATION du PATRIMOINE Saint-Piat – Mévoisins

Mairie de Saint-Piat  Place Marcel Binet   28130 Saint-Piat

WWW.patrimoine-histoire-saint-piat.fr

Contact patrimoinestpiat@free.fr

 

Un hameau nommé Groynellum est signalé sur un document de 1334 concernant la paroisse de Saint-Piat. Un titre datant de 1598 cite la seigneurie de Grougeaux. Il est permis de supposer que c’est devenu le lieu où l’on grogne ! Cette hypothèse d’un mémoire de justice datant de 1790 : Originairement, la Seigneurie de Grogneul était un fief relevant de celui de Maintenon, le fief servant a été réuni au fief dominant.

 

Autres hypothèses, en 1268 on a Groymlium, en 1300 on l’ a dans le détail des biens dans le chapitre de la cathédrale de Chartres. Le nom vient d’un mot présumé gaulois Gronna et au pluriel Grognault qui écrit aussi Grogneux pour indiquer des lieux marécageux.

Avant cette date de 1790, un seigneur de Grogneul (Madame de Maintenon) fit aux habitants du hameau, une concession de marais, larris, places et placeaux à la charge par eux de payer ; outre les redevances dont ils étaient grevés, un dernier de cens par chaque habitation, et de lui donner paleron des porcs ou truies qui seraient tués dans chaque maison.

Ce qui laisse supposer que les élevages de porcs était nombreux dans le hameau, et que leurs grognements devaient se répercuter dans la vallée et importuner les habitants.

 

 

Une des 4 tours du château fort construit au XIIIème siècle,  qui a été sauvegardée

 

Terrasse du château, dominant la vallée

La Renaissance marque ce domaine que la famille de Ligny propriétaire, s’évertue à rendre plus agréable et moins sévère.

A la fin du XVème siècle le château s’agrandit d’une terrasse, dominant la vallée, flanquée de deux tours rondes.

Marie de Ligny, dernière héritière, l’apporte en dot à Antoine Egon de Furstemberg en 1675. Le 13 Juillet 1687, le Roi Louis XIV achète, pour Mme de Maintenon, Françoise d’Aubigné, la seigneurie de Grogneul pour la dédommager du préjudice que lui porte les troupes stationnées à Maintenon et dans la région pour la construction de l’aqueduc.

Cette propriété doit être justifiée par le contrat d’acquisition fait par le fondé de pouvoir du Roi Louis XIV de la terre de Grogneul et dépendances pour Madame de Maintenon.

Les armoiries de Saint-Piat. Le dernier blason est celui des De Ligny De Gueules au Chevron d’Or, telle est la définition, Seigneurs de Grogneul, Saint-Piat, Chartainvilliers, Boigneville, La Folie ( aujourd’hui le Haras de la Folie), Yermenonville, et autres lieux. Se sont succédés au Château de Grogneul, les Seigneurs de Saint-Piat avant Madame de Maintenon.

Mme de Maintenon celle qui fut la dernière compagne du Roi Soleil meurt le 9 avril 1719 à Saint-Cyr.

Vers 1750, un incendie détruit le château.

La famille de Noailles héritière du domaine vend les ruines vers 1765 à un drapier chartrain : Monsieur Dubois-Duppray, à condition de ne pas reconstruire un château sur ces ruines. Le nouveau propriétaire fit donc édifier une maison bourgeoise en avant des douves de 1768 à 1770.

 

La maison bourgeoise

Cette belle demeure restera la résidence de la famille Dubois-Duperray jusqu’en 1898.

Pendant la période révolutionnaire Dubois (sans Duperray) commandant de la Garde Nationales devint l’homme de confiance des habitants de Grogneul et obtint le 8 Août 1790, de Monsieur Richer, représentant le Maréchal de Noailles, la reconnaissance entière de la communauté amputée depuis 1745.

Après avoir acquis le parc au titre des biens nationaux le 18 thermidor AN III pour 457 400 livres, le Sieur Dubois-Duperray contesta à son tour, les droits de propriété des habitants en 1813 et affirma que la déclaration du 8 Août 1790, signée par Maître Jacques Robillard, Notaire à Maintenon, n’avait été obtenue que sous la menace des habitants dans des temps révolutionnaires.

En 1820, c’est le conseil municipal de Saint-Piat, qui donne des inquiétudes aux habitants de Grogneul. Ils écrivent donc au Préfet d’Eure-et-Loir pour Affirmer :

Les seuls habitants du hameau de Grogneul sont propriétaires et possesseurs de leurs terrains communaux. Que ces propriétés et possessions leur sont exclusives et que nul autre, s’il n’est du hameau, ne peut rien y prétendre.

Il est à remarquer que la communauté de Grogneul a été remise en cause, à chaque changement de régime de gouvernement à la tête de la France.

En 1898, la famille Ribot loue la propriété et finalement l’achète en 1904. Elle la revend en 1956 à la famille d’ Henri Jacob. Elle s’est efforcé de restaurer dans son état de la fin du XVIIIème siècle.

Prairie de Grogneul ou pâturaient des vaches..

 

Moulin de Grogneul

 

Mme de Maintenon

La dite Dame Avouante de la concession, citée plus loin dans ce mémoire de 1790, ne peut être que Madame de Maintenon qui  avait fait ce don aux habitants de Grogneul pour les remercier de leur gentillesse. Elle se sentait dédaignée des habitants de Saint-Piat dont les enfants trouvaient un malin plaisir à lancer des pierres contre son carrosse.

 

L’histoire du village de Grogneul est liée à celle de la seigneurie : un château fort, doté d’une chapelle dédiée à Saint Jean et entourée de douves profondes, dominait la vallée vers 1240.

La chapelle n’existe plus aujourd’hui.

 

 

Une des deux tours rondes

 

Saint Simon, le célèbre chroniqueur du grand siècle affirme que la cour est venue en visite à ce nouveau domaine. Mme de Sévigné écrit dans l’une de ses lettres : Le Roi a envoyé Mme  de Maintenon grogné à Grogneul. A la même époque, Louis XIV  est venu effectivement à Maintenon accompagné de Racine.

 

1374 Guillaume Morhier

1404 Jean de Mévoisins

1406 Drouet de Crouy

1410 Pierre de Crouy

1456 Michel de Crouy

1485 Hector de Crouy

1505 Jean de Crouy

1522 Guillaumé de Crouy

1529 Pierre d’Aspestigny

1546 Jean de Pommereul

1550 Alexandre de Fesniers

1574 Etienne de Fesnieres

1579 Jean de Launay

1607 Nicolas de Launay

1618 Jean de Ligny

 

 

Le dernier blason est celui des De Ligny

 

1675 Marie de Ligny Mariée à Antione Egon de Furstemberg

13 Juillet 1687 Françoise d’Aubiné Marquise de Maintenon en 1688

 

A droite du portail, on peut voir un cèdre du Liban.

A la Seconde guerre mondiale, pour contrôler la vallée, l’occupation des Allemands et l’absence d’entretien pendant quelques années avaient laissé la propriété en très mauvais état.

Du château fort construit au XIIIème siècle, il ne reste aujourd’hui une de 4 tours d’angle qui a été sauvegardée, les douves qui entouraient le château sont presque intactes sur les 3 cotés.

 

A Grogneul

 Aujourd’hui, tout les 6 ans, quelques mois après les municipales, les habitants de Grogneul sont appelés aux urnes pour élire 8 membres du Syndicat de Gestion du hameau de Grogneul.

Par son histoire le hameau possède gère et entretient les 9, Ha 32 terrains plantés de pommiers à cidre et de peupliers, une prairie ou pâturaient des vaches à lait jusqu’en 2002, qui s’étendent depuis le hameau jusqu’à la rivière.

Grâce à la vente régulière des peupliers, les habitants de Grogneul se sont construits une mare au IXème siècle. Ils ont pu aussi construire le château d’eau et faire la distribution de l’eau en 1927 avant Saint-Piat. La vente de peupliers depuis les années 2000 est très difficile.

La récolte des pommes et la fête du cidre ponctuent un moment festif de l’année pour les habitants du hameau de Grogneul.

 

 

Incendie de Grogneul

Le journal du 13 juillet communique la composition de commission chargée de répartir les fonds recueillis entre les sinistrés. Et l’on trouve également, sur le registre  des délibérations de municipalité de Saint-Piat en date du 12/10/1851 une réunion extraordinaire du conseil pour les secours à apporter aux pompiers étrangers à la commune, blessés au feu.

 

 

En cet été exceptionnellement sec, les incendies de forets ont été catastrophiques, mettant souvent en péril des habitations. Notre région nous semble éloignées de ces risques mais au siècle dernier encore, les incendies étaient très fréquents à cause des toits  de chaume, des greniers pleins de fourrage et des meules. Le plus terrible détruisit plus de la moitié de Grogneul le 30 Juin 1851.

Le journal de Chartres et du département d’Eure et Loir, paraissant les jeudis et dimanches, du 3 juillet  raconte : incendie dans une meule, vers 5 h du soir lundi 30 juin la partie Sud  du village a été envahie par les flammes en l’absence de la plupart des habitants partis au marché de Maintenon.

 Peu de mobiliers ont été sauvés. Les secours sont venus de toutes parts. La pompe de Chartainvilliers a rendu de grands services à l’endroit le plus dangereux. L’eau étant peu abondante et les mares éloignées on dut faire une large part au feu. On s’est rendu maître de l’incendie vers 8 h.

En l’absence du préfet, le conseiller de préfecture  Quenault est parti par le convoi de chemin de fer qui s’est arrêté à Mévoisins. 37 habitations, plus de la moitié du hameau ont été incendiées, parmi lesquelles 3 l’avaient déjà été dans l’incendie du 8 février dernier. Les pertes sont considérables. Personne n’a péri, il y a un pompier blessé, plusieurs bestiaux ont brûlé dans les étables.

L’auteur est un jeune garçon d’une douzaine d’années qui a jeté une allumette chimique par-dessus le mur, sur un tas de paille, dans la cour voisine.

Le journal du 6 juillet : Saint-Piat 24 pompes se trouvaient sur le théâtre de l’incendie dont celles de Gallardon Epernon Coulombs Lèves etc.

Certaines ont passé la nuit et une partie du lendemain pour éteindre les décombres. Il y a 7 blessés…

En présence d’un aussi grand désastre une souscription en faveur de nouvelles victimes qui disait, nous recommandons à la charité de nos concitoyens.

Saint-Piat en 1834

Le 17 novembre 1834, des ouvrier occupés à arracher des peupliers sur le bord de la rivière de l’Eure, auprès du hameau de Grogneul, commune de Saint-Piat, ont trouvé dans les racines de l’un de ces arbres, un vase étroit renflé vers le milieu et rétréci vers le col, d’une terre grossière sans dessins ni reliefs qui a été entièrement brisé en débris jetés dans la rivière. Il renfermait 583 médailles romaines en argent, parfaitement conservées et appartenant aux IIème siècle et IIIème siècle de notre ère. Elles ont été partagées par les 2 ouvriers qui les avaient trouvées et le propriétaire du terrain qui en environ 250 qui ont été examiné 8 jours après leur découverte. Les autres ont été distribuées dans le pays ou vendues.

Cette découverte a un intérêt pour la localité, elle est proche du hameau de Grogneul et du Camp de César localité stratégique du séjour des romains qui dominaient la vallée de l’Eure. 

 

Plan des hameaux de Saint-Piat

Page suivante Grogneul et Madame de Maintenon

 

Retour Accueil du site www.patrimoine-histoire-saint-piat.fr

VALORISATION du PATRIMOINE Saint-Piat – Mévoisins

 

Mentions légales